Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 14:47


Mots clés de la " Blessure des Mots " : lyrisme, versification, prosodie, soutien de Paul Guth, poésie d'aujourd'hui, émotion, sensibilité




Combien était magique et loyale et profonde !
La saison où brillaient les émois les plus chers,
Où la terre nubile aux somptueuses chairs
Se prélassait dans l'or ineffable du monde.

Il y avait dansant comme des fleurs de lin,
De flamboyants éveils déployés sur les cimes,
Et des vents lumineux et des orgues sublimes
Que le ciel enrobait de son chant cristallin.

Au coeur des bleus étangs, s'allongeait amoureuse
Toute la rêverie amicale des jours.
Extases d'un moment ! délices de toujours !
Quelque effluve de l'âme enchantait l'onde heureuse.

Dans les lointains fuyaient les grands monts étonnés ;
Des herbes palpitaient sous la nue accueillante ;
Mystérieuse et douce, une aube clairvoyante
Laissait flotter sa robe en éclats satinés.

O la vie elle seule était pure caresse !
Chaque bois effeuillait des soupirs ingénus ;
Les champs tissés de houle et de longs frissons nus,
Semblaient d'immenses coeurs soulevés d'allégresse.

Et pendant qu'éblouis de poèmes ardents,
Les oiseaux, tout près d'elle, alanguissaient leur tête,
Une belle songeuse ouvrait des yeux de fête
Et croquait du soleil entre ses fines dents.



Poème extrait de " La Blessure des Mots "

http://www.elpediteur.com/catalogue.htm#cabot


 

 

 

dictees francais interactives gratuites CP, CE1, CE2, CM1, CM2, 6eme, 5eme, 4eme, 3eme, learn french dictation

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article

commentaires

Bifane 05/02/2009 12:40

Il y a dans ces vers quelque chose de la profonde fièvre amoureuse, si prégnante qu'elle donne à nos regards la faculté de repeindre le monde aux couleurs de l'espoir, de l'amour, des mille possibles d'une vie merveilleuse...
J'ai pris un vrai plaisir à revoir cet engouement irrésistible, cette jouissance profonde d'être, ce sentiment d'avoir et de pouvoir, pleinement exprimé dans sa dimension spirituelle.
Hélas ! combien plus dure est la chute, quand le nuage cesse de porter le rêveur...
Il n'empêche, même dans cette descente aux enfers qui suit quelquefois, qui suivit pour moi, il me revient cette invincible pensée que rien ne parvenait à entacher : jamais je n'avais si pleinement été vivant !
Interprétation toute personnelle, peut-être, mais la lumière et la joie de ces vers s'en est allé ouvrir la porte de ce souvenir, pour moi.

Thierry CABOT 05/02/2009 22:40


A nouveau, je ne puis qu'être sensible à la qualité d'un commentaire où votre plume se fait ici l'écho d'une douloureuse expérience personnelle.
Il est ainsi troublant, grâce à la médiation de la poésie, d'éveiller chez le lecteur tout un monde de souvenirs, un peu à la façon de la madeleine de Proust.
Merci et à bientôt.

Thierry


Servanne 06/01/2009 19:22

J'ai relu avec bonheur ce beau et long poème ... Ses accents tout lamartiniens me transportent ... Se déroule alors devant moi, une peinture de la nature, un paysage troublé par l' Amour, féroce et doux, toujours ... J'y vois un tableau ... Je vais le repeindre à nouveau ... Beaucoup d'émotion ...

Pensée douce

Servanne

Thierry CABOT 06/01/2009 22:16


Ce poème, Servanne, appartient au cycle ensoleillé de " La Blessure des Mots ".
Les pièces traversées par des éclairs de bonheur, sont celles que j'aime le plus écrire.
Merci à nouveau.
Bien amicalement.

Thierry


Présentation

  • : Thierry CABOT
  •  Thierry CABOT
  • : Il réunit des textes extraits de mon oeuvre poétique intitulée : " La Blessure des Mots "
  • Contact

Recherche

Pages

Liens