Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 12:29

Thierry_Cabot_-_Bonheur.mp3

 

 

 

Il a dit l'éclair bleu des rives souterraines,
Les silences surpris et les larmes d'azur,
Il a dit les flots d'or parcourus de sirènes
Et le rayonnement d'un espoir toujours pur.

Il a fait la stupeur des regards immobiles,
Les sourires buvant la lumière du jour ;
Il a fait notre ciel plein d'étoiles fragiles,
Sous l'éclat souverain que possède l'amour.

Il a pris le frisson des heures musiciennes,
Le vertige des vents et des souffles épars,
Et reconduit l'étrange aux montagnes anciennes
Parmi la floraison des suprêmes départs.

Il restera le lieu des longues plénitudes,
Le miracle qui veille à la porte du coeur,
La magie attardée au fond des solitudes
Et gardera le nom merveilleux de bonheur.



Poème extrait de la " Blessure des Mots "

http://www.elpediteur.com/catalogue.htm#cabot

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 12:29

Mots clés de l'oeuvre : lyrisme, versification, prosodie, soutien de Paul Guth, poésie d'aujourd'hui, émotion, sensibilité.

 

 

Il a dit l'éclair bleu des rives souterraines,
Les silences surpris et les larmes d'azur,
Il a dit les flots d'or parcourus de sirènes
Et le rayonnement d'un espoir toujours pur.

Il a fait la stupeur des regards immobiles,
Les sourires buvant la lumière du jour ;
Il a fait notre ciel plein d'étoiles fragiles,
Sous l'éclat souverain que possède l'amour.

Il a pris le frisson des heures musiciennes,
Le vertige des vents et des souffles épars,
Et reconduit l'étrange aux montagnes anciennes
Parmi la floraison des suprêmes départs.

Il restera le lieu des longues plénitudes,
Le miracle qui veille à la porte du coeur,
La magie attardée au fond des solitudes
Et gardera le nom merveilleux de bonheur.



Poème extrait de la " Blessure des Mots "

http://www.elpediteur.com/catalogue.htm#cabot

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 12:01
 

Mots clés de "La Blessure des Mots" : lyrisme, versification, prosodie, soutien de Paul Guth, poésie d'aujourd'hui, émotion, sensibilité

 

 

 

Sais-tu de quelles fleurs j'ai peuplé mon silence ?

Oh ! combien vivre fut insoutenable et beau.

Où que sans me le dire, eût penché la balance,

J'ai trop aimé le monde et trop craint le tombeau.

 

Si démuni parfois, le coeur en somnolence,

Le jour à mes appels dérobait son flambeau,

Celui-ci quelquefois comme un feu qui s'élance

M'emportait, lumineux, sur un blanc paquebot.

 

Le plus souvent, j'allais, amer à n'y point croire,

Orphelin du sommeil, veuf déjà de la gloire

Et pauvre des yeux lourds dont l'éclat s'est éteint.

 

J'allais, toujours plus vieux, écrasé par l'espace,

Voyant s'amenuiser matin après matin

Les quelques écus d'or tombés de ma besace.

 

 

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots".

http://www.elpediteur.com/catalogue.htm#cabot

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:41

 

Thierry_Cabot_-_Un_soir_de_neige.mp3

 

 

Nos regards se touchaient sous l’éclat vert des lampes.

C’était un soir de neige unique et désiré ;

Un soir où l’idéal coulait sur tes deux tempes

Et tapissait ma voix d’un chemin azuré.

 

Les longs murs cotonneux vibraient comme des psaumes.

Les ombres chuchotaient au coin des blancs rideaux.

Nous semblions chacun à la fleur de nos paumes

Détenir, fascinants, tous les eldorados.

 

Si belle dans ta chair aux suaves musiques,

Tu devinais en moi la magie et la paix,

La magie effeuillant ses dons métaphysiques

Et la paix rayonnant de mystères épais.

 

O muse ! alors que les flocons teignaient les vitres,

Je lisais notre amour au point de défaillir

Comme si, saintement, de pages en chapitres,

J’avais eu tout entier le divin à cueillir.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

 

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:40
 

 

 

 

Nos regards se touchaient sous l’éclat vert des lampes.

C’était un soir de neige unique et désiré ;

Un soir où l’idéal coulait sur tes deux tempes

Et tapissait ma voix d’un chemin azuré.

 

Les longs murs cotonneux vibraient comme des psaumes.

Les ombres chuchotaient au coin des blancs rideaux.

Nous semblions chacun à la fleur de nos paumes

Détenir, fascinants, tous les eldorados.

 

Si belle dans ta chair aux suaves musiques,

Tu devinais en moi la magie et la paix,

La magie effeuillant ses dons métaphysiques

Et la paix rayonnant de mystères épais.

 

O muse ! alors que les flocons teignaient les vitres,

Je lisais notre amour au point de défaillir

Comme si, saintement, de pages en chapitres,

J’avais eu tout entier le divin à cueillir.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

 

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:28

 

 Précipice

 

 

Les fracas du néant font tanguer ma cervelle.

Rien dans le matin gris, ne semble croire au jour.

Un cauchemar lancé comme un Diable qui court,

Piétine de ma foi toute candeur nouvelle.

 

Poison ! Chaos ! Le monde en chute me rend soûl.

Sans corps ni lieu, je m’éparpille au gré des choses,

Roulant, roulant jusqu’à crier mes nuits moroses

Au bout d’un enfer glauque où le temps se dissout.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

 

 

J'ai huit ans

 

 

Voilà bientôt que se raniment comme en foule

Les délices d’un temps nimbé de joie et d’or,

Qu’au fond des souvenirs où la lumière dort,

Vient à ressusciter une enfance qui coule…

 

Je hume à l’infini les joyaux verts des monts

Et les prés capiteux moussant le long des plaines,

Tandis que, sous l’azur, les plus vives haleines

Emplissent de chaleur mes tout jeunes poumons.

 

Blottis au loin, quelques toits roux fument sans trêve.

J’ai l’âge du matin ébloui devant moi,

L’âge de celui qu’aime en sourdine un émoi

Promené d’heure en heure avec la même sève.

 

J’ai huit ans. Une mèche éclate sur mon front.

Je suis gai, je suis libre autant que nous le sommes

Mais j’ignore qu’ailleurs il se trouve tant d’hommes

Chez lesquels ces élans vite disparaîtront.

 

Le beau jour inouï me soulève et me porte ;

J’embrasse l’éternel, le visage en avant.

Juillet béni de feux tel un astre vivant,

Allume des frissons au coin de chaque porte.

 

Dans le bassin lui-même angélique et flâneur,

L’été baigne à loisir sa chevelure neuve,

De sorte qu’il n’est rien dont mon cœur ne s’émeuve

Quand les flammes des eaux s’étirent de bonheur.

 

J’ai huit ans. Mille objets se disputent ma vue.

Le soleil fait courir des nappes de cristal ;

Et je déploie au ciel du grand pays natal

Quelque divinité maintes fois entrevue.

 

L’âme d’un carillon s’égrène par instants.

Mon chemin refleurit de seconde en seconde.

Tout m’appartient : la vie et l’espace et le monde

Car ici pour toujours… j’ai huit ans ! j’ai huit ans !

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:15

 

Pour quel abîme, pour quel gouffre,

Ai-je ouvert là mes tristes yeux ?

L’âge me nuit comme le soufre.

Ah ! si j’avais pu vivre mieux !

 

Après l’ancien, tout fait peau neuve.

Le chêne efface le bouleau.

Jeunes pieds nus, de quel beau fleuve

Caressiez-vous tendrement l’eau ?

 

Mais comment n’ai-je pas une heure,

Une heure au moins fendu l’évier ?

O sotte vie âpre et mineure !

Rien ne s’échappe du clavier.

 

Comment n’ai-je pas su pourfendre

Le quotidien cent fois honni ?

Il gèle encore à pierre fendre

Au bout de mon chemin terni.

 

Je vois de loin un petit être.

C’est moi sans doute et si peu moi.

Voilà cent ans, mille ans peut-être.

Je n’en éprouve nul émoi.

 

Le malheur qui me met en joue

M’accable de ses coups de poing ;

Et trop nombreux, giflant ma joue,

Mes hivers ne finissent point.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:15
 

 

Comme j’ai peur ; ma foi s’enlise.

L’espoir s’écaille en gémissant.

Un air de fado grimaçant

Me tue et retue à sa guise.

 

L’épouvantable et lourde bise

Incrustée en moi jusqu’au sang,

Rend ce jour d’hiver qui descend

Plus éteint qu’une messe grise.

 

Sais-je où défaille ma raison ?

Le soir tendu vers l’horizon,

Etrangle l’espace livide.

 

Mes rares biens se sont enfuis.

Le vide sans cesse, le vide

Me fait oublier qui je suis.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:14

Thierry_Cabot_-_La_Danseuse_etoile.mp3
 

 

O liane en tulle qui prie !

Je vois s'allumer toutes choses

Quand ton pied roule au sein des roses

Dans l’entrechat d’une féerie.

 

Sur la scène longue et fleurie

Où neigent les métamorphoses,

Comme deux perles vite écloses,

L'âme chez toi se fait soierie.

 

Alors volant jusqu’au sublime,

Tu rayonnes de cime en cime ;

Et tandis que, blanche, s’égrène

 

Ta jupe au feu des ballets russes,

Tout en moi souffle : « ô c’est ma reine ! »

Tant je voudrais que tu le fusses.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:13
 

 

 

O liane en tulle qui prie !

Je vois s'allumer toutes choses

Quand ton pied roule au sein des roses

Dans l’entrechat d’une féerie.

 

Sur la scène longue et fleurie

Où neigent les métamorphoses,

Comme deux perles vite écloses,

L'âme chez toi se fait soierie.

 

Alors volant jusqu’au sublime,

Tu rayonnes de cime en cime ;

Et tandis que, blanche, s’égrène

 

Ta jupe au feu des ballets russes,

Tout en moi souffle : « ô c’est ma reine ! »

Tant je voudrais que tu le fusses.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article

Présentation

  • : Thierry CABOT
  •  Thierry CABOT
  • : Il réunit des textes extraits de mon oeuvre poétique intitulée : " La Blessure des Mots "
  • Contact

Recherche

Pages

Liens