Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:15
 

 

Comme j’ai peur ; ma foi s’enlise.

L’espoir s’écaille en gémissant.

Un air de fado grimaçant

Me tue et retue à sa guise.

 

L’épouvantable et lourde bise

Incrustée en moi jusqu’au sang,

Rend ce jour d’hiver qui descend

Plus éteint qu’une messe grise.

 

Sais-je où défaille ma raison ?

Le soir tendu vers l’horizon,

Etrangle l’espace livide.

 

Mes rares biens se sont enfuis.

Le vide sans cesse, le vide

Me fait oublier qui je suis.

 

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article

commentaires

marlou 18/02/2012 22:03

Blessure terrible dont on ressent toute la douleur.
Espérer la fin du tunnel...

Amicalement

Thierry CABOT 18/02/2012 22:19



Les états d'âme des poètes sont bien souvent insondables.


Ils sont comme des papiers buvard qui absorbent toutes les vibrations de l'existence.


Merci, Marlou, et à bientôt.


Thierry 



Présentation

  • : Thierry CABOT
  •  Thierry CABOT
  • : Il réunit des textes extraits de mon oeuvre poétique intitulée : " La Blessure des Mots "
  • Contact

Recherche

Pages

Liens