Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 16:13

 

Infini poudroiement que le cœur large appelle,

O fécond trouble illuminé du sud au nord !

Voilà que loin là-bas se dresse une chapelle

Où l’amour sidéral flamboie autant que l’or.

 

C’est le moment, c’est Lui ; les gestes en cascades

Mêlent leur douceur tiède à l’ocre de nos yeux.

J’imagine des mains, blanches sous les arcades,

Célébrant l’éternel pour en bleuir les cieux.

 

Que par les mots tout neufs, l’espoir chu se soulève !

Qu’avec magnificence en robe de prélat,

Le Sacré fabuleux vienne exalter le rêve

Dans un commun prodige étonné d’être là !

 

Dansez, longues ferveurs, au baiser de l’extase.

Riez, torrents du bien si chèrement fêté.

Nous nous habillerons de saphir, de topaze

Et des fleurs et des nids qui louangent l’été.

 

L’été longtemps cherché du fond de notre souffle

Parmi les sentiers clos et les chemins griffus,

L’été qu’après l’hiver que le frimas boursoufle,

La clarté pose, chaud, sur nos désirs touffus.

 

Comme nous déploierons l’insensé, l’indicible

Jusqu’au bord de l’écume ineffable du beau.

Comme à chaque frisson, tout deviendra possible.

Comme je le voudrais… pauvre gars sans flambeau.

 

 

Poème inédit extrait de "La Blessure des Mots"

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article

commentaires

Guerby 20/03/2015 05:03

très beau ce poème

Guerby 01/04/2015 11:44

pas de quoi mon ami.

Thierry CABOT 20/03/2015 07:36



Merci.


Thierry



Présentation

  • : Thierry CABOT
  •  Thierry CABOT
  • : Il réunit des textes extraits de mon oeuvre poétique intitulée : " La Blessure des Mots "
  • Contact

Recherche

Pages

Liens