Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 20:46

Un petit moineau vole ingénument

Dans notre maison ouverte à sa joie ;

D'une pièce à l'autre, ô comme il déploie

L'innocent bouquet du ravissement !

 

Mais la porte claque... et notre famille

Malheur ! pour un mois, va quitter les lieux.

Le cher oisillon a perdu ses yeux.

Non, il n'est plus temps que son regard brille.

 

Cependant nos murs l'ont emprisonné ;

En vain, il s'y cogne avec épouvante.

Maintenant la faim terrible et savante

Distille l'horreur à l'abandonné.

 

Des jours d'agonie, une fête en larmes,

La candeur vaincue au souffle du mal ;

Nous l'avons tué, ce frêle animal,

Sans mépris ni haine et presque sans armes.

 

 

Poème extrait de "Lumière enfantine"  

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article

commentaires

marlou 10/01/2015 15:10

Si émouvant ! Les larmes remplacent vite la joie...
Amitiés

Présentation

  • : Thierry CABOT
  •  Thierry CABOT
  • : Il réunit des textes extraits de mon oeuvre poétique intitulée : " La Blessure des Mots "
  • Contact

Recherche

Pages

Liens