Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 12:56

 

 

Je n’ai plus de mots. Les tiens n’ont plus d’âge.

Notre logis daigne à peine nous voir.

Mon feu s’est noyé dans l’eau du lavoir

Près duquel sonnait ton doux bavardage.

 

Ce fut là, mon Dieu, que nous eûmes tant

Jour et nuit de foi, de trouble et de leurres.

Mais l’horloge a bu la flamme des heures

Sur la porte sèche à double battant.

 

Nous avons si mal. Rien déjà, personne !

Le silence même engourdit nos pas.

Je te cherche en vain, tu ne m’entends pas.

Seul parle l’ennui que le temps façonne.

 

Si nous n’étions qu’un, nous voilà bien deux

A tromper le vide énorme et funeste,

Osant un murmure, essayant un geste

Comme pour cogner un mur hasardeux.

 

Et l'aube meurtrie, en veuve qui souffre,

Saigne chaque fois d’un regard de moins.

Nous tournons le dos sans clef ni témoins ;

Et les songes tus ont la voix du gouffre.

 

Poème extrait de "La Blessure des Mots"

 

 

Eblouissement

 

Mon immortelle éclose aux replis d'une sente,

Mon bijou satiné, ma biche frémissante,

Afin que de toi seule un feu sût me vêtir,

Tu m'entras dans les yeux pour ne plus en sortir.

 

Eblouissant l'air tiède, ô Joy mystérieuse !

De ta prunelle autant sublime que rieuse,

Je te revois sans fin, je te revois toujours

Lancer des matins bleus sur le gris de mes jours.

 

Combien vite, ma Joy, tu m'apparus tout songe,

Toute joie où la vie à chaque élan s'allonge,

Et dont l'afflux comme exalté par ton ardeur,

Faisait jusqu'à mes doigts ruisseler la grandeur.

 

Contre le mal sanglant que la haine éparpille,

Ma Joy, flambait l'extase au fond de ta pupille

Avec on ne sait quoi de rebelle et de saint

Posé tel un joyau loin du monde assassin.

 

O brune qui m'offrait une coupe d'aurore !

O ma sève ! ô ma source inaltérable encore !

Brûlé de tant d'éclats depuis le premier jour,

Comment te dire assez les mots de mon amour ?

 

Poème inédit extrait de "La Blessure des Mots"

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article

commentaires

deb 11/12/2012 23:24

Votre "voix" (je ne sais plus le nom du lecteur) est magnifique. Je ne ferai pas mieux, ou dans un registre plus "léger", quand il vous plaira, Thierry...

Thierry CABOT 11/12/2012 23:40



Vous avez mon total accord, DEB, pour l'interprétation d'un ou plusieurs de mes poèmes, quels qu'ils soient.


J'en serais vraiment très flatté.


A bientôt et merci par avance.


Bien amicalement.


Thierry



deb 11/12/2012 19:28

Magnifiques... et le texte et la voix.

Thierry CABOT 11/12/2012 23:08



Merci infiniment DEB.


En toute amitié.


Thierry



marlou 09/12/2012 06:10

Comment l'amour peut-il finir ?

Je me le demande encore aujourd'hui.

Amicalement

Thierry CABOT 09/12/2012 16:05



Chère Marlou,


En écrivant ce poème qui n'est en rien autobiographique - mais trop de lecteurs hélas ! dominés par l'esprit du temps, veulent trouver une dimension personnelle dans ce qui n'est en fait
qu'une oeuvre de l'esprit - j'ai voulu rendre l'atmosphère psychologique dans laquelle baigne un couple en perdition.


Vous avez raison : "Comment l'amour peut-il finir?"


Bien amicalement et à bientôt.


Thierry


 



Présentation

  • : Thierry CABOT
  •  Thierry CABOT
  • : Il réunit des textes extraits de mon oeuvre poétique intitulée : " La Blessure des Mots "
  • Contact

Recherche

Pages

Liens