Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 14:46

 




C'était comme un grand soir d'où montaient des légendes.
Les mots effarouchés s'étaient mus en offrandes
Et les rêves, sans bruit, touchaient nos doigts frileux.
Sur les lèvres en fleurs, avec de longues phrases,
Les vents graves et doux amenaient des extases,
Un ciel où l'on humait tout un chant d'astres bleus.

Mille pleurs en secret secouaient les fontaines.
L'enfance, on l'avait bue aux planètes lointaines,
Ivres et soulevés de triomphe et d'ardeur,
Et l'espace attendri, le temps d'une seconde,
D'un tournoiement suave étourdissait le monde ;
C'était comme un beau soir plein d'auguste grandeur.

Oh ! gardez-nous un peu ces cieux de laine tendre !
Le bonheur est si pur que l'on croirait l'entendre ;
C'est un éclat volé dans un chaste miroir.
Le bonheur, voyez-vous, c'est une autre innocence.
On ne finit jamais d'en regretter l'absence.
Ah ! mon Dieu ! le bonheur, si ce n'était qu'un soir ?...



Poème extrait de " La Blessure des Mots "

http://www.elpediteur.com/catalogue.htm#cabot



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry CABOT
commenter cet article

commentaires

marlou 27/10/2013 12:36

"Aux âmes bien nées la valeur n'attend pas le nombre des années", n'est-il pas vrai !

marlou 27/10/2013 07:38

Des mots féériques, des émotions suaves, on doit cela au poète qui écrit si joliment !J'aime particulièrement la chute du poème. Merci.
Amitiés.

Thierry CABOT 27/10/2013 09:05



Merci Marlou. 


Voilà plus de trente ans que ce poème a vu le jour.


Bien amicalement.


Thierry



Olivier 22/07/2012 10:42

Bonsoir.

Quel plaisir de vous lire (et entendre) !
Je ne me lasse de votre féérie.
Le deuxième vers de votre deuxième strophe m'interpelle tout particulièrement.
Je m'y perds en images sublimes. Alors, je lis et relis l'entièreté, et vous exprime mon immense plaisir à vos mots enivrants.
Merci pour cela.
Féériquement votre.
Olivier.

Thierry CABOT 22/07/2012 11:05



Cher Olivier,


Merci pour votre message qui m'a profondément touché.


"Féerie" est déjà un vieux poème, écrit à l'âge de 22 ans.


A bientôt.


Bien cordialement.


Thierry



Présentation

  • : Thierry CABOT
  •  Thierry CABOT
  • : Il réunit des textes extraits de mon oeuvre poétique intitulée : " La Blessure des Mots "
  • Contact

Recherche

Pages

Liens